Analyse FFOM (Forces – Faiblesses – Opportunités – Menaces)

Forces
Complémentarités des besoins entre éleveurs et céréaliers

  • Améliorer la structure du sol (céréaliers)
  • Diversifier l’assolement et les rotations (céréaliers)
  • Trouver des débouchés (céréaliers)
  • Sécuriser la quantité et améliorer la qualité de l’affouragement (éleveurs)
  • Améliorer l’efficience alimentaire (éleveurs)
Sécurisation des systèmes faces aux aléas des marchés (prix fixes sur la durée de l’engagement)
Création de lien social entre les agriculteurs d’un même territoire
Faiblesses
Temps de mise en place conséquent, souvent sous-estimé et créant des pertes de mobilisation dans le groupe
Difficulté rencontrée pour trouver un nombre d’éleveurs suffisant (difficulté à trouver des débouchés pour les producteurs)
Motivation des éleveurs fluctuant selon les années (moins de mobilisation les “bonnes années fourrages”)
Opportunités
Baisse des prix des céréales (qui poussent les céréaliers à chercher de la valeur ajoutée)
Hausse des prix de la luzerne importée
Séchoir ou coopérative de déshydratation à proximité (facilite le transport et le stockage)
Menaces
Crises agricoles rendant incertain l’engagement de certaines exploitations (en particulier pours les éleveurs)
Barrière culturelle entre éleveurs et céréaliers
Manque de connaissance de la réglementation encadrant ces échanges

Facteurs d’échec et de réussite

  • Facteurs d'échec
  • Facteurs de réussite
  • Les facteurs d’échec

    • Ne pas garder une mobilisation suffisamment forte sur le long terme (temps de mise en place souvent sous-estimé)
    • Ne pas intégrer les éleveurs lors de la réflexion du projet
    • Ne pas prendre en compte les aspects logistiques (récolte, stockage et utilisation de ponts bascules à proximité) lors de la construction du partenariat équilibré
  • Les facteurs de réussite

    • Avoir un bon accompagnement (nécessaire pour recréer du lien social et de l’entraide entre ces deux productions et pour faciliter l’établissement du partenariat équilibré)
    • Avoir plusieurs agriculteurs moteurs dans le groupe
    • Mobiliser le groupe sur la durée pour éviter que la dynamique ne retombe
    • Proximité géographique des acteurs des échanges
    • Avancer étape par étape
    • Partir des besoins des éleveurs
    • Prendre le temps de construire des scénarios d’échanges, sans se laisser bloquer par les questions technico économiques dans la conduite des échanges
    • Faire intervenir des experts “fourrages” et des experts “élevage” lors de la construction du partenariat équilibré pour pouvoir répondre rapidement aux questions techniques des différentes parties prenantes sans pénaliser les réflexions sur l’organisation des échanges
    • Contractualiser pour rassurer chaque partie prenante et pérenniser les échanges

Témoignages Luz’co

Partout en France, des agriculteurs s’organisent collectivement pour les chantiers de culture-récolte des légumineuses fourragères. Retrouvez ici quelques exemples de témoignages.