Cuma des 4 saisons

Ce groupe a pour vocation de favoriser les essais et les échanges sur les pratiques innovantes. Elle porte une réflexion menée par les groupes “faucheuses” et “andaineurs” sur l’autonomie alimentaire (légumineuses et associations de cultures), l’organisation des chantiers et la réduction du temps de travail. Minimiser l’impact environnemental des pratiques mises en place est également un des objectifs du groupe.

  • Récit d'expérience
  • Article

Cuma de Piacé et cuma des Mimosas

Pour développer l’autonomie alimentaire le groupe souhaite travailler sur la zootechnie (optimiser la production fourragère et sa valorisation dans la ration), l’agronomie (nouvelles méthodes d’implantation de luzerne, alternatives à la destruction chimique, etc.) et le machinisme (adapter le matériel ou s’appuyer sur les technologies d’agriculture de précision – guidage, etc. – pour optimiser les chantiers).

Ce groupe travaille également sur l’agriculture de conservation.

Les cuma de Piacé et Mimosas disposent respectivement d’une autochargeuse depuis 2011 et 2014. 
Plusieurs formations ou échanges sur la culture, la récolte et la conservation de fourrages riches en légumineuses ont été organisées.

  • Récit d'expérience

  •  

     

    Au travers de cette fiche vous retrouverez :

    • Une présentation du groupe et du projet
    • Une chronologie de l’histoire du groupe et les détails de sa trajectoire
    • Les atouts et les limites de cette expérience
    • Des conseils pour d’autres groupes ou pour des animateurs de collectifs


     

  •  

Luzernons Ensemble

Projet de filière de luzerne locale entre céréaliers et éleveurs qui concerne une quarantaine d’exploitations :
– 10 exploitations céréalières situées dans l’est lyonnais (dont 8 membres du Geda de l’Ozon), qui s’interrogent sur les alternatives à la monoculture
– Une trentaine d’exploitations d’élevage (bovin lait en majorité), situées dans les monts du lyonnais et dans le beaujolais vert et qui pointent des besoins réguliers en fourrages

Mise en place d’un suivi technique à la fois pour les céréaliers (maîtrise de la culture) et pour les éleveurs (intégration dans la ration).

Les premières réflexions ont démarré en 2013. Un projet de séchage collectif a d’abord été envisagé puis abandonné suite à des freins trop nombreux. Ce premier projet avorté a permis de démontrer l’intérêt pour les céréaliers et les éleveurs du Rhône à travailler ensemble. Ils ont donc cherché un système plus simple à mettre en place et se sont réorientés vers l’enrubannage.

  • Récit d'expérience

  •  

     

    Au travers de cette fiche vous retrouverez :

    • Une présentation du groupe et du projet
    • Une chronologie de l’histoire du groupe et les détails de sa trajectoire
    • Les atouts et les limites de cette expérience
    • Des conseils pour d’autres groupes ou pour des animateurs de collectifs


     

  •  

Cuma Roche Colombe

Le groupe se situe dans la vallée de la Drôme, sur le territoire de projet biovallée (projet d’éco-territoire regroupant les Communautés de communes du Val de Drôme, du Crestois et du Pays de Saillans, et du Diois).

Après un premier projet de séchoir abandonné, le groupe s’intéresse actuellement à l’optimisation de ses chantiers de fauche et d’andainage. Des actions sont également prévues autour des itinéraires techniques de la luzerne et des réglages des matériels.

Le collectif étudie également de nouvelles pistes de débouchés pour la luzerne.

  • Récit d'expérience

  •  

     

    Au travers de cette fiche vous retrouverez :

    • Une présentation du groupe et du projet
    • Une chronologie de l’histoire du groupe et les détails de sa trajectoire
    • Les atouts et les limites de cette expérience
    • Des conseils pour d’autres groupes ou pour des animateurs de collectifs


     

  •  


Pour localiser les groupes, consulter la carte ici.